mdti

le traitement par les symboles

                                                                         MDTI, puisons dans l'inconscient


Le test de Rorschach.

Rorschach est médecin psychiatre psychologue. Il présente aux patients des images de taches d'encre et leur demande de décrire ce qu'ils ressentent. Les interprétations sont très variées et le génial médecin arrive à comprendre l'intime fonctionnement de chaque patient en un temps

record. Il teste les patients de ses confrères. Les médecins qui suivent les patients depuis des années, comparent leurs observations et  le test et constatent l' étrange similitude.

Ce test permet de savoir en deux heures si le patient est psychotique ou névrotique, quels sont ses points d'intérêt ...

Rorschach fait une découverte capitale: il existe deux types d'intelligence, l'intelligence répétitive et l'intelligence imaginative.


L' intelligence répétitive.

Elle dépend de l'apprentissage. On apprend une technique, un métier et on reproduit. On devient maçon, coiffeuse, médecin, juge, chercheur en fonction de ses capacités et de ses désirs. La société s'organise en pyramide. Certain  cherche à occuper des hautes fonctions qui donnent du pouvoir.

Puis arrive le Coronavirus et la pyramide s'effondre. On constate que l'éboueur est aussi important que le médecin réanimateur pour sauver des vies et que le notable est mort parce qu'on ne lui a pas donné de masque antivirus.

Il faut dire qu'il avait oublié de  refaire les stocks de masques.

Donc l'intelligence répétitive part d'expériences, de tests, d'apprentissage connus et construit un scénario, un façon de faire, une loi, ce test est dit scientifique. Dans le domaine  des sciences dures on emploie le langage mathématique et la nouvelle loi s'exprime sous forme de formule mathématique: A+B=C

E=MC2.


L' intelligence imaginative

Elle ne dépend pas de l'apprentissage. Elle semble dépendre de l'imagination. Le sujet voit arriver dans son cerveau de très nombreuses idées. Il fabrique des scénario. Il cherche à savoir si un scénario est compatible avec les connaissances du moment. Si c'est le cas, il a peut être découvert une vérité scientifique. Alors il ne reste plus qu'à apporter les preuves. Mais il se heurte à l'intelligence répétitive qui veut des tests dans les règles de l'art, prudents et pointilleux malgré l'urgence.

Lorsque Einstein dit E=mc2 il ne pense pas le démontrer physiquement. Mais une forme de coronavirus dévaste la planète. Les morts s'entassent . On convoque les savants et leur intelligence pour imaginer une arme salvatrice.

Alors E=mc2, = bombe atomique,= destruction du virus SS,= fin des hostilités.


Le coronavirus tue. Pas de traitement connu. Quelqu'un dit "j'ai peut être un traitement". Sur les ondes on entend : un antibiotique + un médicament actif contre le paludisme!

Les médecins s'écrient     "ce n'est pas possible!" et en effet ce n'est pas possible.

Un antibiotique ne peut pas tuer un virus. De la même façon qu'un chien ne peut pas tuer sa puce, elle est trop petite. C'est une question de taille. L' antibiotique se fixe sur la grosse bactérie et fait un trou dans sa membrane, la bactérie meure. Mais l'antibiotique ne voit pas le virus, il est trop petit.

Sur les ondes:"un antibiotique+un médicament utilisé contre les maladies auto-immunes"!

Alors là c'est différent. D'après les informations, le coronavirus déclenche une grippe s'il n'atteint pas les poumons. Dans les poumons il déclenche une réaction allergique souvent mortelle. Allergie et maladie auto-immune relève d'une réaction disproportionnée du système immunitaire et peuvent donc réagir au même traitement !

Nous avons donc un début de scénario compatible avec ce médicament mais pas avec l'antibiotique.

A la télévision un médecin hospitalier dit: "nos patients sont traités avec les deux médicaments. Nous avons un seul décès. Le traitement fait baisser la charge virale."

Si cela marche c'est qu'il existe un scénario compatible. Il y a deux façons de faire baisser la charge virale : tuer le virus ou l'empêcher de se multiplier. Pour se multiplier le virus doit traverser la membrane cellulaire, puis se fixer sur l'ADN, activer l'imprimante 3D qui va le dupliquer en milliers

d' exemplaires. Alors la cellule explose, les virus s'échappent et colonisent d'autres cellules et le phénomène se reproduit sans cesse. Quel est alors le scénario? L'antibiotique fait ce qu'il sait faire: se fixer sur les membranes!?.

S' il se fixe sur la porte d'entré du virus c'est à dire sur la membrane de la cellule pulmonaire, le virus ne peut plus pénétrer, ne peut plus se multiplier. Les virus se retrouvent sans abri et sont détruits par les globules blancs.

Le scénario est complet et compatible. Il ne reste plus qu'à tester. Mais il faut l'autorisation de la pyramide contrôlée par l'intelligence reproductive.


MDTI et coronarovirus


Devant un phénomène totalement inconnu, l'intelligence répétitive ne sert à rien.

Il faut attendre l'information venue d'ailleurs. Il faut parfois attendre des millénaires.

Les maladies, pensait-on, étaient provoquées par les mauvaises humeurs.

Puis un jour, Semmelweis et Hahnemann disent:" les maladies sont dues aux miasmes".


En obligeant le personnel médicale à se laver les mains et  mettre des vêtements propres pour faire les accouchements, Semmelweis fait chuter le taux de mortalité dans sa maternité.

Mais se laver les mains n'est pas une preuve scientifique et ses confrères décident de se débarrasser de

    ce chef de service en le persécutant. Semmelweis devient fou et décède prématurément dans un asile.


Un  siècle plus tard Pasteur découvre les microbes. L 'existence des miasmes était un pure produit de l'imagination, une information venue d'ailleurs. Pour capter cette information il fallait avoir des organes des sens inconscients capable de voir dans l'inconscient, dans l'inconnu, dans l'immatériel.

Puis le microscope a permis de voir les microbes : Voila ce que les esprits cartésiens appellent "preuve scientifique" mais ils ont 100 ans de retard et des millions de morts sur la conscience!

Et la médecine moderne s'est développée grâce à l'intelligence répétitive: un microbe, deux microbes...une maladie,deux maladies....un antibiotique, deux antibiotiques....


Nous avons trois cerveaux: conscient, subconscient, inconscient.

Le conscient donne l'intelligence répétitive bien connue.

Le moment est venu de s'intéresser aux deux autres cerveaux et à l'intelligence imaginative.


La MDTI a mis en évidence les organes des sens inconscients.

Les neurosciences découvrent les neurones miroirs, neurones probables du cerveau subconscient.

D' après l'inventeur , ces neurones particuliers ont permis la création du langage et des grands groupes d' individus, des civilisations.

L'épidémie va modifier notre vision de la société. La vision pyramidale devrait s' effondrer. Mais le risque est minime.


MDTI et Samuel Hahnemann.

Pour Hahnemann, la notion de miasme est plus complexe. Elle a un lien avec la "force vitale" immatérielle et impossible à imaginer , avec le mystère de la vie. La maladie correspond à une atteinte de la force vitale du patient

par la force vitale de la maladie, c'est à dire par la force vitale du miasme. I l faut alors imaginer des scénarios compatibles ce qui demande une intelligence imaginative hors du commun et hors du champ de l'intelligence répétitive.

Hahnemann s'inspire de la médecine antique : les médecins prescrivaient des dilutions de poisons et  augmentaient très progressivement la concentration pour que l'organisme du patient s'adapte, supporte des grosses doses de poison et échappe ainsi aux empoisonnements malveillants.

Il fallait avoir un drôle d'esprit pour imaginer une telle expérience.

On reconnait ici le principe de la théorie de l' évolution des espèces , l'adaptation progressive

au milieu changeant dans lequel on vit, démontrée quelques millénaires plus tard par Darwin.


Evidemment une telle expérience serait impossible à notre époque car le médecin-philosophe qui prêtait le serment d'Hippocrate et était libre de ses actes, a été remplacé par le médecin-technicien obligé de respecter le code de déontologie sous peine d'être interdit d'exercer par les tribunaux de

l' Ordre. Deux conceptions de la médecine s'opposent et il faudra choisir : serment d'Hippocrate ou code de déontologie.

Lorsqu'on applaudit les soignants à 20h, qui applaudit-on?

Le technicien-médecin ou le médecin-philosophe qui mets sa vie en danger pour sauver les malades?


Hahnemann dilue toutes sorte de substances, plantes, minéraux, animaux pour en extraire la force vitale capable de luter contre la force vitale des miasmes, active chez le patient malade.


Notez que la force vitale existe aussi dans le monde minéral et n'est pas liée à la vie telle que nous la définissons.


Il invente ainsi l'homéopathie qui devient à son époque la médecine la plus efficace sur tous les continents.

Mais après 12 ans de pratique il constate qu'il existe deux sortes de maladies:


Les maladies miasmatiques venues de l'extérieur du corps, qui répondent à l'homéopathie.

Les maladies chroniques qui sont produites par le patient lui-même et nécessite une modification de la méthode homéopathique. Il faut utiliser les miasmes produits par le patient chronique lui même, comme le pus des blennorragies par exemple pour faire de nouveaux remèdes, des remèdes de terrain.


Avec Pasteur les maladies miasmatiques deviennent des maladies infectieuses, microbiennes.


Les maladies chroniques, ignorées de Pasteur et de ses contemporains, s'appelleront maladies auto-immunes et cancéreuses, plus difficile à traiter.

Il faut dire que Pasteur n'est pas médecin, n'est pas responsable de la santé de patients. Il a développé une carrière de physicien-chimiste, déposé de nombreux brevets et fait fortune. En fin de carrière il se procure un des premiers microscopes apparus sur le marché, découvre les microbes et les maladies et s'aventure sur le territoire des médecins. Il est alors poursuivi pour exercice illégal de la médecine. Mais il poursuit ses découvertes, dépose des brevets, crée l' institut Pasteur, qui sera le premier gros laboratoire pharmaceutique.


Pasteur n'a jamais eu de vision, d'intuition, n'a pas découvert de nouveau paradigme comme les médecins de l'antiquité avec les poisons, Semmelweiss avec l' hygiène, Darwin avec l'évolution des espèces, ou Samuel Hahnemann avec l'homéopathie, mais il était doté d'une intelligence répétitive de haut niveau et a utilisé les paradigmes de ses prédécesseurs et les connaissances sur la vaccine pour comprendre qu'il fallait diluer et atténuer la virulence des microbes, extraire la force vitale du microbe pour créer le traitement-vaccin de la rage.


Faute de mieux on  traite les maladies chroniques de Hahnemann comme de simples maladies miasmatiques. On assimile la cellule cancéreuse à un miasme et on l'élimine avec des techniques de plus en plus perfectionnées: chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie et même immunothérapie. Mais comme c'est l'organisme qui produit les miasmes et non les cellules cancéreuses, après traitement les cellules cancéreuses se redéveloppent le plus souvent sous forme de récidives.


Imaginons qu'on applique le même raisonnement pour traiter le coronavirus.

" A partir du jour J , tout individu présentant de la température sera euthanasié".

En quelques jours l'épidémie aura disparu. Mais si un porteur sain déclenche une allergie aux pollens et se met à tousser et éternuer et postillonner, l'épidémie repart, c'est la récidive.


Un chercheur de l' institut Pasteur a dit :

" le cancer est provoqué par une déstabilisation de l'ADN".


On n'a pas voulu le croire. On n'a pas non plus voulu comprendre  Hahnemann . On a fermé le laboratoire de ce chercheur et on lui a interdit de poursuivre ses travaux.

Il est mort de chagrin et d'ennui, comme Semmelweis.

Quel est le scénario?  l'ADN fonctionne comme la fermeture éclair d'un manteau. Quant il fait froid on

ferme, quant il fait chaud , on ouvre. Si la fermeture se bloque, on ne peut plus régler la température, on meurt d'épuisement.

L 'ADN fonctionne de la même façon. Quand la cellule a besoin d' une protéine, l'ADN règle le curseur au bon endroit, il met en marche l'imprimante 3D, fabrique le nombre nécessaire de protéines. Puis le curseur se déplace pour fabriquer une autre protéine. Si le curseur se bloque, l'imprimante ne peut plus s'arrêter. Si elle est coincée sur CA15.3 , facteur de croissance des cellules du sein, on obtient un cancer du sein, des métastases....et on meurt d' épuisement.


Alors il faut attendre l' illuminé qui va pulvériser une substance dégrippante sur l 'ADN , débloquer l'imprimante et restabiliser l'ADN.


L'intelligence répétitive fait progresser tous les jours les sociétés, crée de la richesse et du pouvoir.

L' intelligence imaginative est au service de l'humanité , ne crée pas de richesse et n'a aucun pouvoir.